La descente

La descente…

Parmi les 14 disciplines du Canoë-Kayak, il faut bien l’admettre, on a nos préférences… et tout particulièrement pour la descente!

Comment ça marche ? Le jeu est simple : aller le plus vite possible d’un point à un autre de la rivière. Il faut pour cela maitriser sa trajectoire en fonction des courants et des obstacles naturels que forment les rochers.

Il existe 2 types de courses, pratiquées en contre la montre :

  • la descente « classique » d’une durée de 12 à 25 minutes.
  • la descente « sprint » d’une durée de 1 à 2 minutes.

Les bateaux de descente sont dotés d’une coque très étroite et instable leur conférant une grande vitesse mais peu de maniabilité. Néanmoins, leur coque triangulaire à l’arrière permet au kayakiste de gîter (incliner) fortement son bateau pour le faire tourner, ce qui nécessite tout de même beaucoup d’anticipation. Leurs étraves fines permettent de fendre les vagues, et le volume de leur pointe avant permet de ressortir des mouvements d’eau sans perdre de vitesse.

Alexis fait parler les Watts!   National_sprint_Metz_01042012 (49)   IMG_2612

Certes, le descendeur se doit d’être agressif, de frapper l’eau avec la pagaie, de lutter contre les rapides, de couper les virages… Mais il faut aussi savoir glisser entre les vagues et les contre-courants, ajuster sa fréquence de coups de pagaie pour attaquer l’eau au sommet des vagues, relancer son bateau et le faire plonger dans l’écume au moment voulu…
Au départ d’une descente, vous ne pensez qu’à une chose : réussir à prendre les trajectoires que vous croyez être les plus rapides, tout en exprimant au maximum vos capacités physiques, c’est-à-dire en pagayant… à fond. Le problème, c’est qu’à 190 battements de coeur par minute, on n’a plus une très grande lucidité. Le tout en étant seul sur la rivière, avec le chronomètre qui tourne, à bord d’un bateau plutôt instable, très vif, taillé pour la vitesse, qui ne demande qu’à vous désarçonner à la première erreur. Mais pour peu que l’on ait bien préparé sa course et que l’on réussisse toutes ses « passes », le résultat sera au rendez-vous, et le plaisir qui va avec.

… au BAC CK

Chez nous, le groupe descente s’entraine en même temps que l’école de pagaie adulte les mardis soirs et jeudis soirs à 19h, et les samedis vers 16h.
L’équipe du BAC participe au championnat national tous les ans dans plusieurs catégories d’âge (de cadet à vétéran) et d’embarcations (Kayak monoplace homme et femme, Canoë monoplace homme et femme, Canoë biplace homme). Leurs performances ont permis au club de se classer en deuxième division (26ème club français en 2015), et de réaliser de nombreux podiums ces dernières années, y compris en Coupe de France et en Coupe du Monde!

Et parce qu’une vidéo vaut mieux qu’un long discours, ci-dessous un montage d’Aurélien retraçant le week-end de l’équipe sur la classique de l’Eyrieux (Ardèche) en 2012 :